7.2 Description des 7 Etapes

Ce modèle de gestion participative interfonctionnelle a pour ambition d’anticiper les évolutions futures de l’entreprise, ainsi que celles de son environnement, afin de favoriser le développement autonome de chaque acteur de l’entreprise.  C’est en permettant à chaque acteur d’avoir une vue sur le futur de l’entreprise qu’il pourra apporter des réflexions pertinentes quant à son fonctionnement quotidien (le sien et celui de l’entreprise).

Les étapes deux et trois sont généralement réalisées dans toutes les entreprises.

La première étape – voir § 7.3 – consiste à définir le cadre d’action de l’entreprise suivant une logique fonctionnelle.  Concrètement, c’est l’ensemble des acteurs de l’entreprise, actionnaires y compris, qui définissent ce cadre suivant leur degré d’implication naturel, et non pas suivant des directives dictées par l’organisation de l’entreprise.  La définition du cadre n’a de sens que si elle évolue, en vue de permettre aux acteurs de l’entreprise de contribuer consciemment à l’élaboration de son histoire.

La quatrième étape a pour objectif de préparer la répartition des tâches – voir § 7.4 – entre les acteurs de l’entreprise à partir de 7 critères.  Cette étape permet également d’orienter le calcul de la rémunération de chaque acteur de l’entreprise.

La cinquième étape correspond à la répartition des tâches présente dans toutes les entreprises.  Toutefois, elle s’en distingue par le mode de répartition qui s’appuie sur le choix des acteurs de l’entreprise, et non pas sur le choix des responsables hiérarchiques.

La sixième étape consiste à traduire la réflexion effectuée au niveau de l’entreprise vers chaque fonction et chaque acteur de l’entreprise.  Sur base de la définition de ce cadre de travail, chaque acteur peut décrire l’ensemble des tâches qu’il accomplit.  Les prises de décision sont ainsi réalisées avec un degré élevé d’autonomie, ce qui garantit une optimisation de la tranquillité de vie de chacun d’eux et, a fortiori, de l’entreprise.

La septième étape permet aux acteurs de l’entreprise de mettre les moyens les plus adéquats en œuvre pour que ce modèle de gestion participative interfonctionnelle vive dans le respect de la culture de chaque individu et de la culture de l’entreprise.

C’est donc la mise en place des étapes 1, 4, 5, 6 et 7 et la remise en question régulière de l’ensemble des étapes qui forment la spécificité de ce modèle de gestion innovant et qui contribuent à la bonne gouvernance.